Vidéo, recolte Jazmin à Grasse

« Madame Desjonquères » est né du désir de donner une réponse aux femmes qui cherchent l’élégance raffinéeet non le « luxe massif». A l’image de la femme qui, dans les années 1930, s’habillaitet se parfumait en harmonie avec son élégance et sa beauté. A l’image de Gabrielle Chanel, qui recherchait la qualité et la délicatesse d’une tenue que seuls l’amour et l’œuvre à la main pouvaient développer.

« Madame Desjonquères » est un parfum pour cette femme décidée, active, élégante ;
Passionnée par le sens de la beauté, de l’harmonie, des couleurs, de la délicatesse,
Respectueuse, positive, bienveillante et reconnaissante pour sa vie,
Qui ose sortir du moule,
Qui est « Chic »… Mais pas n’importe comment !
Nul besoin d’argent ou de marques. Tout est dans l’attitude. Un mélange d’amour, de confiance en soi, de gentillesse et de « bonnes manières »envers soi-même et les autres.

CRÉATION

A l’origine du parfum…

J’ai toujours eu un grand sens de l’odorat. Et, depuis l’enfance, une passion pour les fleurs vives. Leur odeur m’inspirait l’idée d’êtres vifs, joyeux. Et à travers elles, j’ai appris à apprécier la beauté de la nature sous une autre dimension. 

C’est ainsi qu’en grandissant, je me suis découvert une sorte de fascination pour la beauté qui entoure l’être humain : les arômes, les fleurs et les épices. Et une fascination pour la grande diversité de l’être humain… palette infinie de regards, d’attitudes, de gestes mais aussi de couleurs,  de chevelures, de textures de peau, d’odeurs, de parfums.

De là, j’ai compris que tout est en lien. Que l’union est plus grande que la somme de ses parties. De là, j’ai découvert « la force de la cohérence ».

Parfumeur ? 

C’est un métier. Je n’avais jamais pensé à me former comme créateur, et n’avais pas la prétention de l’être. Mais en tant que coach en image, je cherche constamment à m’améliorer, à apprendre. Et un jour, j’ai ressenti le besoin de comprendre comment se créait un parfum. J’ai donc suivi une formation à Grasse chez Gallimard.

Grasse, la ville du « Parfum » de P.Süskind. Cette ville magique près de Cannes où sesont fabriqués des millions de senteurs, où beaucoup créent et développent encore leurs vies autour du parfum. Cette ville où sont délicatement cultivées des millions des fleurs, où  se trouve le savoir-faire. C’est pour moi la vraie ville française du parfum dans le monde.

Une senteur qui m’est chère…

« Madame Desjonquères », c’est une essence « vintage », loin de l’odeur caramélisée des parfums modernes… C’est une subtile composition de bergamote et de fleurs.

« Madame Desjonquères » provoque en moi un mélange de bonheur, d’amour, de joie, des émotions intenses et difficiles à décrire. 

Pour le créer, j’ai longtemps cherché. Un jour, j’ai su que je l’avais trouvé. 

Ce jour où, tout à coup, ce concert olfactif m’invitait au voyage, à remonter le temps, vers ces années 30… Ce jour où tout à coup je pouvais voir à mes côtés ces dames en chapeau, gants et robes élégantes… Sentir leur odeur de parfum « poudré » de femmes sûres d’elles, distinguées, en qui tout combine et s’harmonise. 

Ce jour, où une note d’enfance m’est revenue. L’arôme de ma grand-mère paternelle. 

Qui avait l’odeur des poudres fines, unies à l’odeur de rouge à lèvres et de fleurs. 

Une marque singulière…

Pourquoi « Madame Desjonquères » ? L’histoire de cette marque singulière peut sembler anecdotique. Et pourtant elle révèle profondément ma démarche.

Dans l’atelier de Grasse, j’étais sans cesse plongée dans mes souvenirs. Pour composer mon parfum, j’essayais de retrouver cet arôme de mon enfance. 

Un jour, alors que je cherchais, une voix m’interpella : « Madame Desjonquères, Madame Desjonquères ! ». Dans un premier temps, je ne réagissais pas. Résidant en France depuis peu de temps, je n’étais pas habituée à ce nom, à cette façon de m’appeler…Et puis j’ai relevé la tête.  L’animatrice me disait « J’ai besoin de noter la marque de votre parfum ». 

Alors j’ai pensé à ma belle-mère, à mon époux, au Chili que je laissais et à la France, mon nouveau pays. J’ai pensé à la période transitoire que j’étais en train de vivre entre deux cultures. J’ai pensé à CERCA, la méthode de coaching en image et développement personnel que j’ai développé il y a plus de cinq ans. Son C évoque la cohérence. 

Or cette cohérence que j’ai en moi, n’est-ce pas le nom qui m’identifie ?

C’est ainsi que je suis passée à l’action. Pour marquer cette nouvelle étape, j’ai dit d’une voie posée : « Mon parfum s’appelle Madame Desjonquères ».

Un concept

Cinq ans après avoir lancé CERCA (qui signifie proche en langue espagnole), méthode de coaching pour la confiance en soi, je me suis réveillée avec une idée claire et totalement nouvelle. Celle d’unir un parfum à ma démarche de communication qui valorise la femme. Ce matin – là, j’ai eu la sensation d’avoir bien saisi le lien qui réunit une personne, son apparence, un parfum, son flacon. Ce matin là, j’ai eu envie de lancer un parfum de qualité à même de valoriser l’être qui le porte.

Le parfum associé à mes combats

En 2012, j’ai lancéle projet international “Pour une beautéresponsable”. 

Aujourd’hui un groupe composéde consultants et coachs en image y travaille avec ardeur. 

Ce projet est fondésur l’encouragement àchanger la communication actuelle véhiculée par les publicités pour les parfums et la mode en générale. Cette communication envoie au consommateur des images formatées àbase de photos retouchées. Elle vend des fictions comme des réalités, associant systématiquement stars, beautéparfaite et femme-objet (largement dénudée, porteuse de désir sexuel, qui éveille la pulsion d’achat). 

Cette communication est néfaste. Pourquoi ? Parce qu’elle est illusoire. Parce qu’elle enferme la femme dans un modèle montésur l’illusion de la beautéparfaite, finalement inatteignable. Loin de favoriser la confiance en soi des femmes du monde entier, elle les décourage et les détruit.

C’est dans cette veine que j’ai décidéde lancer un parfum. 

Je crois qu’une fragrance peut « donner »aux autres, au lieu de détruire.  

MES CONVICTIONS

Selon moi, la beautédoit revenir àsa base réelle. 

Quitter la manipulation érotique et superficielle. Revenir àses fondamentaux, làoùelle se trouve : dans les essences, les personnes, l’amour, la musique, la peinture…

Mon expérience dans le marketing m’engagent àaller dans un autre sens. Vers une nouvelle ère. Une ère de transparence et de respect. 

Ainsi j’ai voulu que ma marque s’appuie sur des différences:

  • Un emballage simple…pour briser les clichés. Non, les femmes n’achètent pas seulement leur parfum pour le packaging. Oui, les femmes possèdent une intelligence émotionnelle, sensorielle…et rationnelle. Et savent préférer la fragrance àl’étui !
  • Un slogan imprimésur la bouteille comme sur l’étui. Ainsi la valeur centrale du parfum prime sur le reste.
  • Un parfum  livréavec une notice explicative. Chacun est invitéàdécouvrir la méthode CERCA. Chaque personne peut s’en approprier l’essence.
  • Un parfum  livréavec une notice explicative. Chacun est invitéàdécouvrir la méthode CERCA. Chaque personne peut s’en approprier l’essence.
  • Un parfum  livréavec une notice explicative. Chacun est invitéàdécouvrir la méthode CERCA. Chaque personne peut s’en approprier l’essence.
  • Un parfum  livréavec une notice explicative. Chacun est invitéàdécouvrir la méthode CERCA. Chaque personne peut s’en approprier l’essence.
  • Un parfum signé.Il y a tant de parfums célèbres dont on méconnaît le nez… Quel dommage ! Pourquoi ne pas s’inspirer de l’écrivain, qui signe toujours ses œuvres ?
  • Un parfum signé.Il y a tant de parfums célèbres dont on méconnaît le nez… Quel dommage ! Pourquoi ne pas s’inspirer de l’écrivain, qui signe toujours ses œuvres ?
  • Une publicitétransparente…Qui n’utilisera jamais d’image fictive ou de mannequin de « rêve ». Qui restera en cohérence avec la femme aujourd’hui.
  • Comme leparfum est amour, talent et art, « Madame Desjonquères »est entouré d’art et d’artistes. Différentes œuvres d’art accompagnement son lancement : 
    • la peinture d’Anne Davioud (qui compare le parfum a un tournesol), 
    • la sculpture de Frédérique Lacroix Damas (entre pierre et terre, pour dire la femme comme une union entre sécurité, corps et émotion)
    • la musique de Romain Desjonquères (dont la composition exprime admirablement toute l’émotion contenue dans la création de ce parfum) . 

NOTICE – LIFLET- INSERTO
DU PARFUM MADAME DESJONQUÈRES ET BASE DE LA METHODE CERCA
 
– Télécharger  la notice du parfum avec les principes de la méthode CERCA  en Français
 
– Download liflet and priciple du CERCA methode in English
 
– Descarge inserto del perfume con las bases del methodo CERCA en Espanol

Leave a Reply